You

Augmenter son taux vibratoire

Qu’est-ce que le taux vibratoire ?

Avant de comprendre ce qu’est le taux vibratoire, il importe de revenir sur la célèbre phrase d’Albert Einstein : « tout est énergie » ou « tout est vibration ».

En effet, nous sommes constitués d’énergie et tout ce qui nous entoure l’est aussi : les animaux, les végétaux, les minéraux, les lieux et même les objets !

Cette énergie peut être mesurée de différentes manières. Le plus simple – et sans doute le plus courant – étant d’utiliser un pendule. Le résultat ainsi obtenu indique le taux vibratoire et se mesure en Unités Bovis (UB). Chacun étant bien entendu différent, nous avons tous notre propre taux vibratoire qui peut varier selon notre état du moment (santé, humeur, émotions…etc.)

Beaucoup s’entendent à dire que le taux vibratoire « normal » d’un être humain oscille entre 6000 et 9000 UB. Pour avoir fait quelques expériences avec des amis afin de déterminer le taux vibratoire de certains objets ou lieux, je peux affirmer que les résultats obtenus varient d’une personne à l’autre.

Ceci s’explique peut-être par le fait que nous percevons le taux vibratoire des autres personnes ou choses à partir du nôtre. Quoiqu’il en soit, une expérience sur des boîtes contenant des objets dont on ignorait tout a pu toutefois démontrer que chacun d’entre nous trouvait les mêmes variations : autrement dit nous avons tous trouvé quel était l’objet qui avait le plus faible taux vibratoire, le plus élevé…etc.

Ceci nous montre que les chiffres n’ont pas une réelle importance. Ce qui est intéressant, c’est de mesurer l’évolution d’un taux à différents moments pour vérifier si celui-ci est en hausse ou en baisse.

.

Pourquoi augmenter son taux vibratoire ?

• Offre la meilleure protection contre les basses vibrations (énergies indésirables).
• Nous maintient en bonne santé et nous aide à nous sentir bien
• Contribue à notre bien-être sur tous les plans (physiques, psychiques, émotionnels, spirituels…), nous permettant d’accueillir bonheur et joie de vivre
• Nous permet d’accéder à des états de calme et de paix intérieure
• Participe à la libération facile et rapide de toutes les énergies qui ne vous conviennent plus.

.

.

 

La liberté de choisir

Bien que nous venions tous de milieux et de sensibilités divers, nous sommes unis entre nous et avec nos voisins ; nos choix influencent presque tous les aspects de notre vie et peuvent influencer celle des autres.

Le libre arbitre fait partie de la vie et l’être humain devrait être encouragé dans cet esprit de liberté : pour se servir lui-même efficacement, en se faisant confiance et en croyant à ses propres choix.

Heureusement, la plupart d’entre nous vivent dans une situation qui rend possible l’utilisation quotidienne du libre arbitre moral pour faire les choix qui détermineront notre avenir.

Qu’est-ce que la liberté ?

Nous parlons de liberté, celle de faire ce qui nous plaît. Nous jouissons de toutes sortes de libertés, et qu’en avons-nous fait ? On pense que là où il y a choix, il y a liberté. Si vous êtes très lucide, que votre perception est pure, il n’y a pas de choix. C’est de là que dérive l’action juste.

Dans le monde extérieur, où vous exprimez tout ce qui vous plaît – la prétendue liberté individuelle ? La liberté n’existe que s’il n’y a pas de confusion en moi, si du point de vue psychologique je ne peux être pris à aucun piège. Si je suis dans un état de confusion et de désordre, ne dois-je pas commencer par me libérer de ce désordre avant de parler de liberté ? Ne dois-je pas commencer ici, à l’intérieur de moi-même, dans mon esprit, dans mon cœur, afin de m’affranchir totalement de toute crainte, angoisse, désespoir, ainsi que des souffrances et blessures dues à quelque désordre psychique ? Observez tout cela vous-même et libérez-vous en !

Il semble, toutefois, que nous n’en ayons pas l’énergie. Nous allons la chercher chez autrui. Nous nous sentons soulagés en parlant à un psychiatre, en nous confessant, et tout ce qui s’ensuit. Toujours être tributaire de quelqu’un ! Inévitablement, cette dépendance amène le conflit et le désordre.

On doit donc commencer à comprendre la profondeur et la grandeur de la liberté, on doit commencer par ce qui est le plus près de nous, nous-mêmes. La grandeur de la liberté, de la véritable liberté, sa dignité, sa beauté, résident en soi dès que règne un ordre absolu. Et cet ordre ne s’établit que si nous devenons notre propre lumière.

Décider librement est l’un des droits imprescriptibles de l’individu. Tous les jours, les choix que nous faisons, déterminent, parfois de manière définitive, ce que nous allons être et devenir, tant sur le plan personnel que professionnel.

Au premier abord, abandonner son pouvoir décisionnel à autrui, peut, aux yeux de certains, présenter quelques avantages. D’une part, on échappe au processus de réflexion préalable à toute décision. D’autre part, et c’est peut être le plus important, on n’a pas – ou plus – à porter la responsabilité d’un éventuel échec : on se contente juste de reporter la faute sur ceux qui ont décidé à notre place. Confrontés à cette situation, les individus ne cessent de critiquer, de contester, refusant par la même d’assumer leur propre démission initiale.

Le paradoxe de la liberté de choisir : pourquoi trop de choix tue le choix.

Pourquoi dans ces sociétés d’abondance – où les individus se voient offrir plus de liberté et de choix (personnel, professionnel, matériel) que jamais auparavant – les gens sont-ils de plus en plus dépressifs et malheureux ? La liberté de choisir n’a pas rendu les occidentaux plus libres mais plus paralysés, pas plus heureux mais plus insatisfaits.

Le « dogme officiel » des sociétés occidentales c’est l’idée selon laquelle pour maximiser le bien-être des citoyens il faut maximiser leur liberté individuelle. Parce que la liberté est intrinsèquement bonne, quelque chose de valeur, et essentielle à l’être humain. Car si les gens ont la liberté, alors ils peuvent agir indépendamment, faire des choses qui maximiseront leur bien-être, et personne ne décidera à leur place. Maximiser la liberté, c’est maximiser le choix, donc maximiser le bonheur.

Plus les gens ont de choix, plus ils sont libres, et plus ils sont libres, plus ils sont heureux. Ceci est tellement intégré dans la pensée occidentale que personne ne penserait à le remettre en cause. Qu’il s’agisse de la santé, de l’alimentation, des télécommunications, du sport, du divertissement, de l’information, de la religion, des relations, et même du travail, l’on a à sa disposition une multitude de choix à chaque instant.

Trop de choix nous paralyse. Tout ce choix a des effets négatifs. Un des effets c’est la paralysie, plutôt que la libération. Avec autant de choix, les gens trouvent difficile le fait de choisir. L’autre effet c’est que si on arrive à surmonter la paralysie et à choisir, nous sommes finalement plus insatisfaits que si nous avions moins de choix car par notre obligation de choix, nous laissons derrière nous toute une multitude d’autres possibilités… ce qui peut être frustrant. Quand il y a des centaines de choix differents, et que vous en faîtes un qui vous déçoit, vous vous demandez « qui est responsable? ». C’est clair que la réponse est « vous-même ». Vous auriez pu faire mieux. Avec des centaines d’options à disposition, il n’y a pas d’excuse pour se tromper.

Voilà l’explication de l’explosion du nombre de cas de dépression dans le monde occidental en une génération. Une cause importante de cette explosion de dépressions, c’est que les gens ont des expériences décevantes car leurs standards sont trop élevés. Et quand ils doivent s’expliquer ces déconvenues, ils pensent que c’est de leur faute. Bien sûr avoir du choix c’est mieux que de ne pas en avoir, mais cela ne veut pas dire qu’avoir beaucoup de choix est mieux qu’en avoir peu.

Le secret est de se fixer une limite personnelle du nombre d’options qui augmentent notre bien être et d’ignorer totalement les autres. Le secret du bonheur c’est d’avoir de faibles attentes. Si nous pouvions envoyer tous ces choix dans des sociétés ou les gens n’en ont pas assez, ils vivraient mieux, et nous aussi.

« Avoir le choix est une liberté, une liberté à chérir ». Cette faculté nous permet de suivre « le chemin de son coeur et de ses passions » : plutôt que de s’enfermer dans la crainte du mauvais choix, n’oubliez pas que l’on apprend aussi de ses erreurs. Alors, n’ayez plus peur et assumez vos décisions ! Sentez-vous libres !

.

Le vampirisme énergétique

.

Toute rencontre, tout échange entre humains implique un échange énergétique.

Qui n’a pas déjà fait l’expérience de passer quelques instants avec une personne et de se sentir ensuite « plein d’énergie » ou comme étant « complètement vidé » ?

On appelle vampirisme énergétique le fait de personnes qui se nourrissent de la bonne énergie de celles qui les entourent pour augmenter la leur.

Le vampire énergétique ou psychique, est une personne qui se nourrit de l’énergie vitale des autres pour combler ce qui lui manque, jusqu’à ce que l’équilibre se fasse (dans le meilleur des cas). Elle peut vider une autre personne de ses pensées, de ses émotions, de ses pensées, avec pour conséquence un affaiblissement de ses forces physiques et psychiques jusqu’à un état d’épuisement.

.

Qui sont les vampires énergétiques ?

Nous pouvons rencontrer des vampires énergétiques dans nos proches (conjoint, parents, frères, sœurs…), dans nos amis et relations, dans notre environnement de travail… Ceux qui sont susceptibles de nous affecter, sont généralement dans notre environnement proche. Mais nous pouvons aussi en rencontrer « par hasard » lors de rencontres diverses.

Nous pouvons distinguer deux catégories de vampires énergétiques :
– ceux qui agissent inconsciemment et,
– ceux qui au contraire le font consciemment et volontairement !

.

Les premiers : les inconscients, sont souvent des êtres en souffrance, complexés, vivant divers sentiments de rejet, d’abandon, de non-reconnaissance… et qui veulent tout simplement exister, être reconnus, êtres acceptés, intégrés… leur attitude s’apparente plus à un « appel au secours » qu’à une réelle volonté de nuire. C’est souvent une personne qui va s’arranger pour qu’on la prenne en charge, pour que l’on s’occupe d’elle, pour qu’on lui fournisse l’attention, la reconnaissance qui lui manque…

Généralement ce vampirisme sera plus énergétique que psychique. Il se nourrit d’émotions et d’énergies plus « physiques », sans nécessairement avoir un comportement de victime.

.

Les seconds : les conscients, généralement dominés par leur égo, agissent en pleine conscience au détriment des autres, sans se préoccuper des dommages qu’ils génèrent. Seuls comptent leur réussite, leur apparence aux yeux des autres, et pour eux tout est permis si cela leur permet de briller, exister, même aux dépens des autres.

Ils se satisfont de l’énergie de leur auditoire, en les manipulant psychiquement. Généralement, les conscients sont aussi des manipulateurs très habiles sachant d’instinct interférer directement sur le psychisme de ceux qui les écoutent. Certaines personnes peuvent littéralement vider les autres de leurs énergies.

.

Comment savoir si l’on est victime d’un vampire énergétique ?

Des signes très simples vous indiquent que l’on vous « pompe » votre énergie :

  • Votre poitrine se serre-t-elle lorsqu’une nouvelle personne se joint à la conversation ?
  • Est- ce que votre poitrine se ressert chaque fois avec la même personne ?
  • Éprouvez-vous le besoin de vous nourrir exagérément après une rencontre avec une personne ?
  • Avez-vous la nausée, mal à la tête ou des vertiges quand une personne vous aborde ?
  • Comment est votre énergie après un moment avec une personne : dynamisée ou « à plat » ?
  • Vous arrive-t-il de vous sentir diminué, affaibli en présence de cetrtaines personnes ?

Ces symptômes et d’autres, dénotent une brusque fuite d’énergie qui pourrait être la conséquence d’une rencontre avec un vampire énergétique.

En théorie, nous pouvons tous être victime d’un vampire énergétique. Cependant comme il s’agit d’un être de niveau vibratoire relativement bas, il ne peut nous atteindre que si nous nous mettons à sa portée… De plus si vous êtes en état de fatigue, si vous êtes en manque de sommeil, stressé, affaibli, fatigué, sous l’influence de l’alcool, de drogues… vous êtes plus vulnérable, car toutes ces situations ont pour conséquence un abaissement de votre niveau vibratoire.

.

Quelles techniques utilise un vampire pour voler votre énergie ?

• Il parle fort, ou très faiblement, forçant ainsi votre attention.
• Il ne parle que de lui, de ses idées, de ce qui lui arrive, même dans ses détails les plus insignifiants, forçant ainsi votre écoute.
• Il impose ses vues et donne des ordres, ce qui vous affaiblit.
• Il se pose en victime, se plaint de tout et tout le monde, forçant ainsi votre empathie, voire votre compassion.
• Il reste vague, ne s’engage jamais clairement, ne prépare rien à l’avance, vous forçant ainsi à être totalement disponible (les manipulateurs sont de grands vampires).
• Il est froid et distant, vous mettant en demande permanente.

.

Voici quelques catégories de vampires énergétiques :

L’intimidateur ou l’accusateur : il vous râle dessus sans arrêt, il vous opprime, il vous dévalorise, il vous stresse. Il parvient à vous voler votre propre énergie et votre confiance en vous, faisant ainsi grandir la sienne en revanche ! Il a toujours un commentaire défavorable à émettre sur tout. Il vous culpabilise insidieusement de ne pas faire les choses comme il faut. Il réprimande sans cesse et va même jusqu’aux insultes. C’est un colérique et il projette sa négativité dans votre champ énergétique. Il utilise les accusations pour siphonner votre énergie, ne laissant aucune place à la discussion. C’est aussi un très bon manipulateur.

L’interrogateur : il cherche à tout savoir de vous, il vous pose des tas de questions sur votre vie afin de trouver chez vous les failles et de mieux s’en servir contre vous mine de rien, toujours de façon subtile. Il est capable également de vous imiter et de vous voler vos idées et votre personnalité…

L’indifférent : par son comportement froid ou détaché, il vous poussera à faire des efforts pour vous rapprocher de lui ou mieux comprendre sa personnalité, vous exhortant alors à brûler de l’énergie et du temps, et même à vous sentir coupable de cette indifférence envers vous.

Le plaintif ou la sœur sanglot : cette personne va passer son temps à vous raconter ses malheurs attendant de l’aide de votre part, des conseils, de la consolation, de l’affection, vous aspirant, consommant votre propre moral, alors qu’une fois son sac vidé et repu d’attention, elle vous laissera en plan comme une vieille chaussette. Elle se plaint sans cesse. Elle joue le rôle de la victime. Le monde est toujours contre elle, et responsable de ses malheurs. Si vous lui offrez une solution, elle réplique invariablement : « Oui… mais ». Elle vous relate sans scrupule les détails de ses mésaventures et répète sans arrêt les mêmes jérémiades.

La tragédienne : La Sarah Bernhardt des vampires ! Avec elle, le moindre incident se mue en production théâtrale. Elle a toujours un drame sur le feu : le chaos la dynamise. Pour elle, la vie est toujours extrême : les choses vont incroyablement bien ou incroyablement mal. Ce vampire épuise votre force vitale par l’intensité de ses émotions.

 

Que faire en présence d’un vampire énergétique ?

Les vampires peuvent être dangereux pour la santé énergétique et psychique. Ils volent l’énergie vitale d’autrui, ce qui dérègle le système énergétique. Une exposition prolongée à un vampire peut entraîner des dysfonctionnements dont l’une des conséquences est la maladie. Par ailleurs, la qualité des relations que nous avons avec les autres est un des moyens de nous recharger en énergie vitale. Il est donc particulièrement important de se protéger des vampires.

Le meilleur moyen de se protéger est de les éviter. Dès que vous soupçonnez que votre interlocuteur est un vampire, partez. Écourtez la conversation, trouvez un prétexte, et partez.

Si vous ne pouvez pas partir (réunion professionnelle, conventions sociales, raisons familiales, etc.), détachez votre esprit. N’écoutez que très superficiellement, souriez, et laissez votre esprit s’échapper. Ne tombez pas dans le piège de donner au vampire toute votre attention et votre concentration. Vous renforcez et canalisez ainsi votre énergie vers elle, et c’est ainsi que le vol s’opère. Ne vous laissez pas toucher, ni même approcher trop près (maintenez votre espace vital).

Si vous ne pouvez pas y échapper

Il est important de limiter le temps que vous passerez à écouter les plaintifs. Quand vous le ressentez, changez de sujet de conversation et n’insistez pas à l’écouter si vous n’en avez pas envie.

Ne vous mettez pas en colère et n’essayez pas d’expliquer votre point de vue, c’est inutile.

Pour ceux que vous ne pouvez éviter, il vous faut établir les frontières de ce que vous supportez. Frontières à ne pas dépasser. C’est là votre première ligne de défense.

Pour désamorcer les vibrations basses des persobnnes que vous ne pouvez éviter, utilisez votre propre énergie subtile comme bouclier. Visualisez-vous enveloppé d’un cocon de lumière blanche. Visualisez ce cocon qui vous entoure comme une barrière impénétrable, une couverture protectrice qui laisse pénétrer l’énergie sacrée mais repousse toute négativité.

La respiration permettra de libérer votre tension et de vous ancrer, vous empêchant de vous laisser piéger.

Certains vampires de ce type peuvent tout simplement être bannis de votre existence.

.

Comment reconnaître un vampire énergétique et s’en protéger ?

Savoir reconnaître un vampire énergétique est la première étape pour s’en protéger efficacement. Il vous faut tout d’abord pouvoir identifier à quel type de « vampire » vous avez affaire : une personne consciente de son attitude ou une autre n’étant pas consciente de l’effet qu’elle produit ?

Le trait commun qu’ils partagent tous est qu’ils sapent votre énergie et vous épuisent. Une fois que vous les aurez repérés, vous pourrez adopter l’attitude appropriée sur le plan énergétique pour vous protéger et, qui sait, établir avec eux de meilleures relations.

En fait, personne ne peut vous voler de l’énergie sans votre consentement. Le don d’énergie ne dépend que de vous. Si vous avez réagi à une situation, si vous éprouvez de la colère face à ce « crétin de vampire », c’est que vous y avez perdu de l’énergie. Si en revanche, vous n’êtes pas particulièrement retourné(e) ou que vous avez “classé” l’affaire, c’est que vous n’avez pas été “dépouillé(e)”.

Cependant, si vous vous sentez en état de faiblesse, il est essentiel de vous « ressourcer » le plus possible, en vous recentrant sur vous-mêmes, en respirant profondément, en allant au contact de la nature (se ballader en forêt, marcher pieds nus sur la plage…), en faisant du sport, en fréquentant des personnes positives, en vous faisant plaisir, et surtout en pratiquant la pensée positive !

Coupez les liens autant que possible avec ces personnes négatives ! Ne les laissez pas prendre emprise sur vous et votre énergie !

.

Niveaux vibratoires et emprise sur les autres

Nous sommes tous constitués d’énergie, sous des formes plus ou moins denses aux plus élevées, en fonction de notre propre niveau vibratoire.

En étant bien conscient que seul un être se situant à un bas niveau vibratoire peut nuire à un autre, notre propre responsabilité est de ne pas nous situer à son niveau, mais au-dessus !

Par exemple sur une échelle de 1 à 10, si dans le moment présent nous nous situons à 5, les êtres situés au-dessous pourront interférer sur nous et nous pomper notre énergie !

Que se passe-t-il lorsque nous développons des peurs, des craintes que nous exprimons de diverses manières, de la fatigue à la colère ? Et bien nous abaissons notre niveau vibratoire. Ce faisant, en abaissant notre niveau vibratoire, nous devenons accessibles à des êtres ne nous voulant pas forcément du bien, consciemment ou inconsciemment. Oui je sais, cela paraît simpliste à première vue… et pourtant ! La vie et son fonctionnement sont simples en vérité et, c’est nous qui la compliquons…

Donc, lorsque nous ressentons, percevons ces sensations décrites plus haut, au lieu de vouloir à tout prix « prendre le contrôle » de la situation, voir se mettre en colère… il nous suffit d’élever nos vibrations et surtout d’avoir des pensées de compassion envers le vampire identifié comme tel. Ainsi, cela nous aidera  à nous protéger en même temps et il ne pourra plus agir sur nous…

Comme nous le voyons, nous avons toujours le choix de subir une telle situation ou de ne plus en être affecté.

Si nous sommes suffisamment en contrôle de nous-même, bien ancré énergétiquement parlant, nous pourrons continuer à côtoyer cette personne et par notre attitude, l’aider à avancer sur son propre chemin de guérison.

Mais, si ce n’est pas le cas, si nous ne sommes pas assez sûrs de nous, de pouvoir contrôler la situation de part l’élévation de nos vibrations, rien ne nous empêche de nous éloigner physiquement et psychiquement de cette personne, sans nous reprocher quoi que ce soit. Nous devons agir qu’en fonction de nos propres capacités.

Ne pas oublier que chaque jour, nous dépensons de l’énergie, et lorsque nous ne savons pas – consciemment ou instinctivement – « refaire le plein » de façon saine et naturelle, et bien nous aussi, nous la prenons aux autres…

Comment accumuler de l’énergie sans la voler aux autres ?

• respirer profondément ;
• recevoir l’énergie des plantes (balades en forêt, plantes à la maison) ;
• marcher pieds nus dans des lieux naturels, ou sur des matériaux naturels chauds (bois, laine) ;
• manger des aliments sains (fruits, légumes…) ;
• augmenter ses pensées positives ;
• développer sa spiritualité, sa compréhension de la Vie ;
• faire le tri dans ses relations ;
• faire de l’exercice (pas forcément du sport, il s’agit juste de se bouger !) ;
• si nous voulons nous sentir bien, faisons du bien aux autres, et cette énergie donnée nous sera rendue démultipliée (voir le film « La Prophétie des Andes »).

Les champs énergétiques des êtres vivants se mêlent constamment, s’entrecroisent et s’influencent. Faites-vous du bien, et faites du bien aux autres, votre énergie sera démultipliée !

.

Sources : énergie-santé.

.

Sur la bonne fréquence

.

Allo ? tu es branché(e) sur quelle fréquence ?

Sachant que la pensée est la forme d’énergie la plus subtile de la matière, prenons conscience que le processus de la pensée fait appel à une énergie fabuleuse dont nous sommes tous responsables.

La pensée crée ! Nos pensées ont non seulement un effet direct sur nous-même, mais elles ont également des effets sur les autres, sur notre environnement plus ou moins lointain, qu’il soit d’origine animale, végétale ou minérale.

Il faut donc en déduire que les courants d’énergies propagés par la pensée sont très très loin d’être individualisés. En effet, nous subissons tous continuellement les diverses influences, positives ou négatives, des pensées des autres, en captant toutes les énergies qui se trouvent sur les mêmes fréquences vibratoires que les nôtres.

.

D’où l’importance de l’élévation de la conscience, de notre conscience, car nous ne mangeons pas uniquement avec notre bouche, nous ne voyons pas uniquement avec nos yeux, ni n’entendons pas uniquement avec nos oreilles. Nous percevons, nous nous nourrissons également de toutes les pensées/vibrations qui se trouvent sur la même longueur d’onde que la nôtre !

D’où l’exactitude de l’expression : « La bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe. »

Car, en élevant notre conscience, nous élevons en même temps nos fréquences vibratoires, ce qui a pour effet de nous éviter d’être perturbé, voir contaminé par les émissions de basses fréquences émises par les gens négatifs de notre entourage.

A bon entendeur…

.

.

Comment optimiser son énergie ?

.
Basé sur le livre « le pouvoir de l’engagement total », voici quelques conseils pour optimiser son énergie, ou « comment développer la plus grande et la meilleure énergie, ici et maintenant ? ».

L’auteur de l’article se servira d’exemples sportifs de compétition pour illustrer ses propos.

Pour optimiser son énergie, nous devons être en mesure d’être au sommet, non pas uniquement de notre énergie physique, mais au sommet de 4 sources d’énergie différentes qui sont les suivantes :

  • le physique,
  • les émotions,
  • le mental,
  • le spirituel.

.

L’oscillation

Avant même de parler de ces 4 sources d’énergie, un des principes de base repose sur l’oscillation. Le livre nous indique que pour chacun des types d’énergie, on doit être en mesure d’osciller : profiter d’avoir des moments d’énergie totale mais aussi accepter d’avoir des moments plus bas car ceux-ci sont normaux et devraient nous permettre d’être plus forts après.

Nous en sommes évidemment persuadés pour le physique mais c’est également pour le mental. Il est par exemple difficile d’ imaginer qu’en s’inscrivant 1 an à l’avance à un triathlon, on puisse être focalisé à 100% sur cet objectif pendant 12 mois non stop. Au contraire, selon ce principe d’oscillation, il vaut mieux y penser à quelques occasions certes mais également avoir d’autres objectifs intermédiaires afin de soulager son « mental ».

Un des principes fondamentaux du livre est que « la vie en général devrait se vivre comme une série de sprints et pas comme un marathon ». En effet, un marathon se gère et on ne se donne jamais à fond car il faut prévoir la suite. Alors qu’avec un sprint, on se donne à fond, on se repose et on est prêt pour le suivant ! En parlant d’oscillation et afin de progresser, ce qui reste malgré tout un de nos objectifs, l’idée est quand même de réaliser ces « sprints » en sortant de notre zone de confort et de limiter les moments de « repos ». Ils prenaient l’exemple d’un gars qui fait de l’haltérophilie. Pour développer ses muscles, il fait X exercices mais ne reste pas avec des poids trop élevés au bout de ses bras, sous peine de blessures.

.

1. La source physique

La source physique génère la quantité d’énergie disponible. Cette quantité pouvant être regénérée/ développée grâce à l’alimentation, au sommeil et évidemment à l’exercice.

Ce que le livre nous apprend sur ce chapitre est :

  • qu’une sieste d’1/2h (pas plus sinon le sommeil est trop profond) est parfaite pour se regénérer,
  • que nous vivons par cycle de 90 à 120 minutes et qu’il était donc nécessaire de s’alimenter un minimum (barre de céréales ou fruit) à peu près toutes les 2h.

Evidememment, mais ce n’est pas nouveau, les 2l d’eau restent un must !

.

2. La source émotionnelle

.

Une fois qu’on l’écrit ou qu’on le lit, cela paraît évident : l’athlète qui développe une énergie positive (c’est-à-dire une meilleure énergie) aura plus de chance de performer que l’athlète qui développe une énergie négative. En fait, ce qui est décrit est que la personne qui développe une énergie négative (telle que la frustration ou la colère) développera une énergie contre productive.

Combien de fois n’avons-nous pas également entendu dire : « j’étais un peu crispé en début de compétition (négatif), et ensuite, j’ai tout donné pour prendre du plaisir (positif) ». Certains se répètent en boucle « Prendre du plaisir, prendre du plaisir, … », c’est certainement pour se créer cette meilleure qualité d’énergie.

Par ailleurs, l’auteur fait également un lien clair entre la « qualité » des émotions et la quantité d’énergie. Un athlète (trop) relax sera probablement positif mais n’aura pas la même quantité d’énergie qu’un gars passionné par la compétition en cours.

Que faire en cas d’énergie négative ?
La première chose à faire est d’analyser quand et pourquoi cela se produit afin de prendre proactivement les mesures qui pourraient réduire cette tension, cette colère ou ces frustrations.

Des études ont également prouvé que certaines personnes avaient des sentiments négatifs suite aux histoires « intérieures » qu’ils se racontent. En effet, il aparaît que les humains se positionnent par exemple nettement plus souvent comme victimes dans les histoires qu’ils se racontent, ou qu’il se disent par exemple beaucoup plus souvent fatigués qu’en pleine forme. Il faut dès lors repartir sur des faits avérés et pas des impressions. Par exemple, j’ai bien dormi les 2 derniers jours, j’ai eu l’occasion de me reposer. Et donc je me sens en forme. Cette sensation de fatigue n’est peut-être qu’une forme (saine) de stress. L’athlète part donc sur une sensation négative alors qu’il a tous les atouts en main pour réussir !

Il y a aussi le fait de se changer les idées tout bonnement qui constituent un outil de régénération efficace sur le plan émotionnel (pensez à tous ces athlètes qui écoutent de la musique avant une compétition).
Et puis, si cette énergie reste négative, c’est que l’activité en question ne vous semble ni agréable, ni satisfaisante, ni valorisante. Dans ce cas-là, il vaut mieux changer d’activité !

.

3. La source mentale

« Concentration adéquate et optimisme réaliste » : c’est en ces termes que l’auteur décrit cette source d’énergie. S’assurer qu’on développe la plus grande et la meilleure énergie « ICI », qu’on est focalisé sur ce que l’on fait et rien d’autre.

  • Concentration adéquate :

Il est évident que pour réussir, il faut être concentré, ne pas oublier le moindre détail.
Pour cela, afin de créer cette concentration, certains athlètes se sont créés des rituels, des actions qu’ils effectuent quasi inconsicemment et qui les font pénétrer dans leur zone de concentration.
Finalement, basé sur ce principe d’oscillation, il est difficile voire impossible de rester concentré toute la durée de la compétition.

Des chercheurs ont prouvé que pour 2 joueurs de tennis à qualité équivalente et ayant un physique équivalent, c’est dans la très grande majortié des cas celui qui était capable de se « relaxer » le plus entre les points et entre les jeux qui gagnera la partie, et cette probabilité augmentera encore beaucoup plus fort si les matchs s’allongent.

  • Optimisme réaliste :

La première chose est avant tout de se fixer des objectifs ambitieux et réalistes, des objectifs qui nous tirent vers le haut, qui nous demandent d’avoir la plus grande et la meilleure énergie. Evidemment, pour cela, il faut : se connaître parfaitement (mais ça, c’est la base de tout), et avoir confiance en soi, croire en ses capacités (ce qui est assez proche de la base également).

Visualisation : cet aspect est également extrêmement important. Dès que l’objectif est fixé : se voir passé la ligne d’arrivée les bras en l’air regardant vers ce chrono qui indique exactement le temps prévu. C’est non seulement avoir confiance en soi mais aussi et surtout : se convaincre que l’on va réussir !

Quasi similaire à la visualisation, c’est ce que l’auteur appelle le monologue intérieur positif. C’est-à-dire se répéter et se convaincre que l’on est en ligne avec les objectifs et que l’on va réussir.

Et en cas de situation critique ou difficile, l’auteur voit plutôt cela comme un « défi et une occasion dans le but de développer une attitude optimiste réaliste ». Personnellement, je trouve que cette vision est particulièrement du foutage de gueule pendant une compétition et que si ça devait m’arriver (la crevaison car les crampes je connais, merci!), j’en chierais énormément. D’un autre côté, si on analyse le tout à froid, on peut apprendre de ses erreurs, éviter que cela se reproduise, être plus efficace après, et donc être moins stressé… Que du positif donc, ça me donne presqu’envie de crever un pneu…

.

4. La source spirituelle

C’est parfois là que certaines personnes décrochent (au moins j’aurai prévenu). L’idée de base de cette source d’énergie est que notre énergie sera d’autant plus grande, meilleure et focalisée qu’elle se rapportera à une activité qui donne un sens à notre vie (oui, j’avais prévenu)…

Donc, qu’est-ce qu’il faut en retenir ?

Et bien simplement que pour être le mieux dans sa peau et donner le max d’énergie MAINTENANT, il faut s’assurer que l’action/ l’activité à laquelle on participe (et les espérances que l’on y met) est bien alignée avec notre vision de la vie, nos passions et nos valeurs.

Une dernière petite chose sur ce point : afin de définir ce qu’on appelle sa mission de vie, il vaut mieux écrire plutôt que de « simplement » y penser. En effet, vu qu’écrire demande beaucoup plus de temps que la pensée, ou simplement la parole, nous sommes obligés de rester plus longtemps sur une pensée et donc d’approfondir cette pensée…

Plus la pensée sera détaillée, plus l’énergie qu’on mettra dans l’action sera optimisée.

.

Source : bello-triathon.

.

.

Nos différents étages de conscience

.

Nous sommes libres, entièrement libres d’agir comme bon nous semble, libres d’écouter notre égo, libres de nous imaginer plus puissants, plus malins, plus intelligents que tout ! Cependant, il ne faut pas oublier que tout est interconnecté, et que nous sommes tous responsables de toutes nos actions, donc de toutes nos pensées, si minimes soient-elles.

« Chaque pensée émise par un cerveau humain est un véritable boomerang, qui une fois lancée, revient vers nous multipliée, sous une forme ou sous une autre, à plus ou moins brève échéance. » Voici l’un des secrets de la vie auquel rien ni personne ne pourra jamais rien changer. Encore faut-il que nous acceptions d’en prendre conscience !

Nous allons voir les 4 étages de conscience principaux interconnectés et sur lesquels nous pouvons agir pour une vie harmonieuse :

  • Le cerveau gauche : le siège du conscient,
  • Le cerveau droit : le siège de l’inconscient ou du subconscient,
  • La conscience supérieure,
  • La conscience cosmique.

.

Le cerveau gauche : siège du conscient.

Il représente 10% du volume du cerveau et ne fonctionne que lorsque nous sommes éveillés (conscients).

C’est notre conscient qui est en contact direct avec le monde extérieur et qui, à l’aide de nos cinq sens, filtre, analyse, juge, puis informe et donne même des ordres au subconscient, qui lui enregistre toutes les informations sans se préoccuper de leur exactitude ou de leur aspect positif ou négatif. Il enregistre tout comme un robot !

L’information entre le conscient et le subconscient passe dans les deux sens.

Notre subconscient, après avoir stocké les informations, va les restituer à notre conscient sans crier gare, sous forme d’impulsions, autrement dit d’habitudes positives ou négatives. D’où l’importance, pour chacun d’entre nous, de bien prendre conscience que :

  • soit nous contrôlons notre subconscient (par l’intermédiaire de nos pensées),
  • soit c’est lui qui nous contrôle (avec tous les risques que cela comporte).

.

Vous avez le choix en permanence entre trois actions possibles :

  • semer volontairement des pensées positives…
  • laissez vos pensées vagabonder au gré des vents extérieurs…
  • semer volontairement des pensées négatives ou néfastes…

Et ça, c’est à vous et à vous seul d’en décider ! Personne d’autre que vous ne peut en décider à votre place. Maintenant que vous savez, vous n’avez donc plus d’excuses et vous pouvez choisir et agir en toute connaissance de cause.

.

Le cerveau droit : Siège de l’inconscient ou du subconscient.

Il représente 90% du volume de notre cerveau !

Contrairement au conscient, il fonctionne en permanence, 24h sur 24. C’est lui qui, entre autre, permet à nos organes vitaux tels que notre cœur, nos poumons, notre foie, notre estomac, nos intestins, de fonctionner en permanence sans que nous ayons besoin d’en être conscients, notamment pendant notre sommeil.

Autre particularité importante : c’est ce que nous appelons notre mental. Il enregistre tout comme un robot et particulièrement les résultats des analyses effectuées par notre conscient, mais sans jamais chercher à vérifier quoi que ce soit. Il n’en a d’ailleurs pas les moyens, car là n’est pas son rôle.

Mais, là où ça devient très important, voir dangereux, c’est qu’il nous restitue le tout vers le conscient sans crier gare ! Le bon comme le mauvais, puisqu’il n’a rien vérifié. Et c’est là que se situe la cause, l’origine, de toutes nos habitudes, bonnes ou mauvaises. D’où la très grande importance de nos schémas mentaux, dont nous parlions précédemment, dans notre vie quotidienne !

Notre subconscient est très influençable et particulièrement sensible aux émotions, positives ou négatives. Il est également le siège de nos impulsions, c’est-à-dire de nos instincts.

Il ne faut donc jamais se fier à une impulsion et à plus forte raison, la confondre avec une « intuition » qui elle, est une communication juste à 100%, puisque émise par la Conscience Supérieure.

Oui mais, comment les distinguer l’une de l’autre ? un seul moyen : élever sa conscience vers la Conscience Supérieure (chapitre suivant).

Plus techniquement, le subconscient (mental) sert de lien entre le monde visible et le monde invisible. C’est le point de passage obligatoire des informations fournies par notre Conscience Supérieure en direction de notre Conscient, afin qu’il puisse les exprimer par l’intermédiaire de notre corps physique.

Encore faut-il que nous acceptions, que nous lui permettions de se mettre à l’écoute. C’est-à-dire, que nous ouvrions toutes grandes les portes de notre subconscient aux intuitions, qui n’attendent que cela pour pénétrer et éclairer notre mental d’informations et d’énergies positives. Sinon, adieu l’élévation de la conscience.

C’est comme pour l’ordinateur, les logiciels existent, encore faut-il accepter de s’en servir.

En ce qui nous concerne, c’est bien d’une démarche d’humilité dont il s’agit. Car nous les humains, nous devons enfin accepter, quelles que soient nos apparences, que nous ne sommes ni les plus beaux, ni les plus forts, ni les plus intelligents. Autrement dit, nous devons à tout prix faire taire notre égo, qui a toujours tendance à nous faire jouer à « la grenouille qui veut devenir plus grosse que le bœuf « .

Car, si par orgueil, nous refusons d’écouter nos intuitions, si nous verrouillons les portes de notre subconscient, si nous empêchons l’information positive de nous atteindre, il est tout à fait évident que nous ne percevrons jamais rien. Nul n’est plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. C’est bien connu.

Cependant, nous sommes libres, vous êtes libres, totalement libres. C’est à vous et uniquement à vous de prendre la décision d’accepter tout ceci comme vrai ou de le rejeter. De mettre ou non en pratique toutes les possibilités qui vous sont offertes en permanence. Personne ne peut et ne pourra jamais le faire à votre place.

.

La Conscience Supérieure

.

La conscience supérieure, que certains appellent le « Sur-Moi », représente notre troisième étage de conscience qu’il ne faut surtout pas confondre avec notre mental. En effet, il y a malheureusement trop souvent confusion entre les deux.

D’où l’affirmation de nombreux scientifiques qui proclament que « nous n’employons à l’heure actuelle qu’environ 5% de nos facultés mentales ». Vous vous rendez compte ? cela veut dire qu’en employant simplement 5% de + de nos facultés mentales, de façon positive bien entendu, nous doublerions nos possibilités de réalisations ! Mais également qu’il resterait encore 90% de nos possibilités inexploitées !

Le 3ème niveau, la conscience supérieure, siège de l’esprit humain ou intellect, fait partie de ce que l’on appelle le monde intérieur, le subtil, l’invisible. C’est également un poste émetteur/récepteur, mais fonctionnant d’une façon différente des deux premiers :

  • soit en récepteur sur une fréquence très élevée, afin de pouvoir capter les ondes émises par la Conscience Cosmique,
  • soit en émetteur sur une fréquence beaucoup plus basse, afin de pouvoir être capté par le subconscient.

Elle est par le fait, garantie à 100% contre toute pollution pouvant être émise via le subconscient. En effet, elle ne peut qu’émettre dans cette direction par le canal de l’intuition (qui est forcément bonne (sinon c’est une impulsion, qui peut être saboteuse)).

A ce niveau élevé, la frontière entre ces deux étages de conscience (Cosmique et Supérieure) est très subtile, c’est une espèce de flou artistique, plus ou moins marqué, suivant l’élévation de conscience du sujet.

.

La Conscience Cosmique

Dès l’instant où nous acceptons de nous mettre à l’écoute, nous ouvrons toutes grandes les portes de la connaissance de l’Esprit Universel. A l’heure actuelle, nous ne connaissons pas le milliardième des possibilités que l’Esprit Universel nous offre en permanence. Et quand je dis le milliardième, je limite encore ce qui en fait est illimité.

L’Esprit Universel correspond bien entendu à un niveau très très supérieur, à l’Ingénieur en chef qui a créé l’ensemble (ordinateur – disque dur – logiciel), c’est le génie à l’état pur…
· la puissance cosmique…
· l’Amour sans borne…
· l’harmonie absolue…
· la joie parfaite… etc…

Peu importe la représentation que vous vous en faîtes, chacun est libre de choisir le symbole et le nom qui lui convient le mieux en fonction de ses croyances (Dieu – Allah – Bouddha – Jéhovah – Yahvé – Jésus – Rama – Krishna…), peu importe le Nom, puisqu’il désigne la même et unique « Divinité ».

.

Nourrir les étages de conscience

Maintenant que nous avons pris conscience du mode de fonctionnement de l’Univers Cosmique, nous allons pouvoir, à l’aide de notre pensée consciente, donner l’ordre à notre subconscient, de se mettre à l’écoute de notre conscience supérieure, qui capte les messages intuitifs éminemment positifs émis par cette dernière.

Que se passe-t-il alors ? notre subconscient enregistre les messages d’harmonie émis par notre conscience supérieure. Messages d’harmonie qu’il va ensuite transmettre à notre conscient, qui va à son tour les diffuser dans le monde extérieur (le visible) en transformant ces pensées positives en actes positifs autour de nous.

Puis par simple phénomène d’interaction, ces pensées/actions positives vont se multiplier dans le monde matériel visible, favorisant ainsi une plus grande fluidité de l’atmosphère subtile qui nous enveloppe tous (l’Ether). Ce qui va avoir pour effet d’intensifier le phénomène évolutif (positif et harmonieux) de l’humanité tout entière. C’est la spiritualisation de la matière !

Malheureusement, une toute autre utilisation est fréquente.

Soit inconsciemment, victimes des vibrations négatives émises par notre environnement, soit consciemment, nous émettons des messages de pensées négatives d’impossibilités, de peur, de jalousie, de colère, de critiques destructives, etc… en direction de notre subconscient (et du subconscient des autres; tout est lié, interconnecté). Et naturellement, ce dernier enregistre tous les messages négatifs, sans se poser la moindre question et réagit ensuite en fonction de ces messages. C’est-à-dire que dans un premier temps, notre subconscient va s’empresser de verrouiller les portes de communication avec la conscience supérieure ou se concentrer uniquement sur les émotions négatives qu’il reçoit du conscient.

Pensées qu’il va s’empresser de stocker et qu’il redistribuera ultérieurement sous forme d’impulsions, par l’intermédiaire de ce même conscient dans le monde extérieur, provoquant des vibrations négatives, faisant en quelque sorte écran et empêchant de nourrir notre univers matériel qui deviendra ainsi de plus en plus lourd, de plus en plus pesant, de plus en plus négatif et conflictuel.

Bien sûr, ce ne sont que deux hypothèses extrêmes que j’évoque ici et entre ces deux extrêmes, il existe des milliards et des milliards de possibilités. Cependant, il est très important pour nous de bien garder en mémoire la grande loi Cosmique de cause à effet.

« Nous récoltons toujours et uniquement en fonction de ce que nous semons. » Même si ce n’est pas toujours flagrant au premier abord.

Et c’est là l’unique explication de tous les conflits qui secouent périodiquement notre monde. C’est vrai pour une personne, c’est vrai pour un groupe, mais c’est également vrai pour une entreprise, pour une nation, une race, ainsi que pour la planète tout entière qui est actuellement bien malade, du simple fait de notre inconscience humaine.

Souvenez-vous : « L’univers est un tout dans un tout, où tout est interconnecté ».

.

Aucune, je dis bien aucune de nos pensées n’est perdue. Toutes celles qui apparemment restent inutilisées et il y en a des milliards à chaque seconde sur notre planète (autant que d’êtres humains), sont rassemblées dans l’univers éthérique, dans des espèces de grands récipients appelés ‘égrégores’. Là, elles sont stockées séparément. D’une part les pensées-vibrations positives et d’autre part, les négatives. Et, lorsque l’un ou l’autre des égrégores déborde, arrive à saturation, il déverse son trop plein dans le monde de la matière, notre monde.

.

Ce qui a pour conséquence de parfois, résoudre brusquement et de façon tout à fait inattendue, certains antagonismes (chute du mur de Berlin, par exemple), mais le plus souvent, il faut bien en convenir, de provoquer ou d’amplifier les conflits existants.

Si nous acceptons de subir les influences négatives du monde extérieur, nous avons alors toutes les chances de créer nos propres pensées négatives dans notre conscient. Pensées qui vont bien sûr être enregistrer par notre subconscient, qui va ensuite nous les redistribuer (dans notre conscient), sous forme d’habitudes ou d’actions négatives, provoquant ainsi dans le monde extérieur une amplification des vibrations négatives, façonnant sur nos têtes un véritable couvercle, empêchant de plus en plus la lumière d’éclairer positivement notre monde.

.

« On devient ce que l’on pense ! » Par conséquent, les gens devraient s’assurer que leurs pensées soient pures et bonnes. La vie humaine est l’expression de nos pensées. Les pensées nées dans le mental remplissent l’atmosphère de vagues d’énergie. Sachez que ces vagues sont très puissantes.

Par conséquent, nos pensées devraient être sublimes et sacrées. Aucune mauvaise idée ne devrait affecter nos pensées. Les mauvaises pensées conduisent inévitablement à de mauvaises actions. Lorsqu’il y a en l’homme des pensées bonnes et aimantes, il se divinise et devient capable d’accomplir des actions bonnes et sacrées.

Ainsi, chaque cœur d’homme devrait être rempli d’Amour, de compassion et de bonté. Il n’y a qu’une seule véritable source de bonheur parfait : «  La recherche permanente de l’harmonie, partout et pour tout ».

.

Source : pour un monde meilleur.

.

.

Conditions pour une vie harmonieuse

.

Les principales conditions pour une vie harmonieuse sont avant tout :

I – La mise en pratique des 5 valeurs humaines indispensables

II – Une attitude mentale saine, entretenue par l’énergie de la pensée positive

III – L’Amour inconditionnel du tout

IV – La faculté de vivre au présent

V – La limitation des désirs

.

.
I – La mise en pratique des 5 valeurs humaines indispensables

La Vérité

Il s’agit ici de la Vérité absolue. Qu’est-ce que la Vérité absolue ? c’est ce qui ne change pas au cours des trois périodes du temps, à savoir le présent le passé et le futur. Tout le reste n’est qu’illusion et disparaîtra un jour ou l’autre et donc, ne mérite pas que l’on s’en préoccupe.

La Paix

« Je veux la Paix ! » Si tu veux vraiment la paix, enlève d’abord le ‘Je’ qui est l’ego et le ‘veux’ qui est le désir et il te restera la paix.

A noter qu’il s’agit ici de Paix Suprême et pas d’un simple traité entre belligérants qui sera remis en question à la première occasion. En fait, la paix est le résultat de l’application de la vérité et de l’action juste, permettant à l’amour et à la non-violence de s’épanouir.

L’Amour

« L’Amour est ce qui permet au monde de fonctionner harmonieusement ».

L’Amour est l’huile qui lubrifie le moteur de l’Univers. Sans huile, les différentes pièces composant un moteur, s’échauffent et s’usent rapidement en frottant les unes contre les autres et finalement le moteur prend feu et finit par exploser. Il en est de même de l’Univers qui sans Amour ne peut fonctionner correctement pendant longtemps. Pourquoi ? Parce que sans Amour, il n’y a que de la haine. Or, contrairement à l’Amour, la haine ne lubrifie pas mais échauffe.

La Non-violence

« Celui qui châtie par l’épée, périra par l’épée ! »

La non-violence va beaucoup plus loin que la simple agression physique d’un individu ou même d’un animal. Le gaspillage ou la mauvaise utilisation de l’énergie, de la nourriture, de l’argent, du temps est de la violence exercée contre l’humanité tout entière.

L’Action juste

C’est ce qui est en accord avec les quatre autres valeurs humaines. Autrement dit : ce qui est vrai, ce qui conduit à la paix, ce qui est plein d’amour et enfin ce qui n’est pas violent et ne blesse ni vous ni les autres. Tout ce qui est plus ou moins teinté de mensonge, conflictuel, teinté de haine, de vengeance ou de jalousie et qui plus est, de violence, n’est pas de l’action juste.

Sans la connaissance et la mise en pratique de ces cinq Valeurs, il est impossible d’espérer une vie harmonieuse. Ces cinq Valeurs sont liées l’une à l’autre comme les cinq doigts de la main. Si l’une d’entre elles n’est pas appliquée, les quatre autres sont orphelines et votre vie ne sera plus véritablement harmonieuse.

.

II – Une attitude mentale saine

Une attitude mentale saine, c’est avant tout d’avoir une vision positive de la vie. Ceci constitue l’une des clés les plus importantes du bonheur et de la santé ici-bas. C’est aussi le pouvoir de s’abandonner à la vie, plutôt que de vouloir la maîtriser à tout prix. Et ceci est très important.

Il existe un ‘Guide Suprême’ en qui nous pouvons avoir toute confiance, c’est l’Esprit Universel.

Malheureusement, très souvent, nous lui préférons notre ‘ego’, malgré tous les risques que cela comporte. Nous ne savons rien, nous ne connaissons rien du parcours à effectuer, ni des embûches à éviter et pourtant nous voulons tout commander, tout régenter en permanence, alors que nous ne sommes que de pauvres aveugles ignorant des dangers qui nous guettent, sans arrêt fascinés par les ‘mirages’ que nous propose notre ‘ego’.

Alors, éjectons notre ‘ego’ de l’avion qui nous transporte (notre vie) et laissons le soin au Pilote Divin de nous conduire à bon port. C’est cela, s’abandonner à la vie, c’est s’abandonner corps et âme, dans les bras du meilleur ami, du meilleur guide qui soit : l’Esprit Universel.

Cela suppose aussi que nous restions à l’écoute de nous-même. Par ‘nous-même’, j’entends ici notre ‘Soi Spirituel’ et non pas notre ‘ego’ bien entendu. Attention à ne pas confondre l’intuition avec l’impulsion.

Une attitude mentale saine, c’est ‘s’aimer soi-même’. Oh pas de façon égoïste, bien sûr ! Pas question ici de narcissisme ou de nombrilisme.

Sachant que la pensée est la forme d’énergie la plus subtile de la matière, prenons conscience que le processus de la pensée fait appel à une énergie fabuleuse dont nous sommes tous responsables.

La pensée crée ! Nos pensées ont non seulement un effet direct sur nous-même, mais elles ont également des effets sur les autres, sur notre environnement plus ou moins lointain, qu’il soit d’origine animale, végétal ou minéral.

Il faut donc en déduire que les courants d’énergies propagés par la pensée sont très très loin d’être individualisés. En effet, nous subissons tous continuellement les diverses influences, positives ou négatives, des pensées des autres, en captant toutes les énergies qui se trouvent sur les mêmes fréquences vibratoires que les nôtres. D’où l’importance de l’élévation de la conscience, de notre conscience, car nous ne mangeons pas uniquement avec notre bouche, nous ne voyons pas uniquement avec nos yeux, ni n’entendons pas uniquement avec nos oreilles. Nous percevons, nous nous nourrissons également de toutes les pensées/vibrations qui se trouvent sur la même longueur d’onde que la nôtre !

D’où l’exactitude de l’expression : « La bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe. »

Car, en élevant notre conscience, nous élevons en même temps nos fréquences vibratoires, ce qui a pour effet de nous éviter d’être perturbé, voir contaminé par les émissions de basses fréquences émises par les gens négatifs de notre entourage.

 

III – L’Amour inconditionnel du tout

Je dis bien ‘inconditionnel’, car le véritable amour s’offre et se partage sans condition.

Attention également à ne pas confondre Amour et sexualité en parlant d’Amour, comme c’est hélas si souvent le cas. Car la sexualité sans Amour n’est qu’un vulgaire instinct animal. Seul l’Amour peut transcender la sexualité en une explosion de joie et de lumière.

Il est important de prendre conscience que : « L’Amour est l’énergie la plus vivifiante et la plus guérissante qui soit. »

Le simple fait d’adresser des pensées d’Amour et de tolérance aux autres, ainsi qu’à soi-même, est le plus grand secret qui existe, en ce qui concerne la santé, la réussite, le bonheur et le bien-être en général.

  • L’Amour permet une relation d’ouverture à l’énergie universelle et celle-ci rejoint à son tour l’énergie profonde qui se trouve en nous.
  • L’Amour est un chemin d’évolution, d’ouverture, de compréhension du monde et de la vie. Prenons-en conscience.
  • L’Amour s’exprime partout. Je dis bien partout, tout autour de nous ; dans la nature qui s’éveille, dans le soleil qui brille et nous réchauffe, dans la lune qui luit, dans les fleurs qui embaument, dans un simple sourire d’enfant, dans un regard qui brille…

.

« Un seul langage, le langage du cœur. »

L’Amour, c’est également le langage du silence. C’est un langage international, compris par le cœur et non par le mental.

Et sachez bien que : Qui que nous soyons (prince ou mendiant, démocrate ou tyran), nous avons tous caché au fond de notre cœur assez d’Amour pour soigner et guérir le monde entier. Alors, qu’attendons-nous ?

Malheureusement, il semble bien qu’à l’heure actuelle, à l’aide de notre ego et de notre mental, nous essayons d’accaparer l’Esprit à notre profit, dans le seul et unique but de renforcer notre ego, de paraître, de réussir matériellement, de gagner plus d’argent et bien entendu sans nous soucier le moins du monde ni des autres ni de l’environnement.

Non non, ne me dites pas que ce sont les autres qui sont comme cela ! Car, nous y sommes tous tombés et nous y tomberons encore tous plus ou moins, dans ce piège tendu par notre ego. Bien sûr, tout n’est pas entièrement de notre faute, car, que nous a-t-on appris à l’école, si ce n’est à jouer des coudes pour nous faire une place au soleil ?

Une seule chose semble être importante aujourd’hui : Produire plus, pour vendre plus, pour gagner plus. La croissance, la croissance, la croissance, mais la croissance n’est pas infinie. C’est comme un ballon, à force de souffler dedans, il finira par vous exploser à la figure. Et la rentabilité, voilà le maître mot actuel. Il faut ren-ta-bi-li-ser à tout prix, quitte à écraser, à exploiter les autres, quels qu’ils soient, simple individu ou nation tout entière. Et l’Amour dans tout ça, où est-il ?

N’oubliez surtout pas que si nous avons notre libre arbitre, nous sommes également responsables, non seulement de nos actes, mais aussi des pensées qui les provoquent. Et, qu’un jour viendra où il faudra bien remettre tous les compteurs à zéro.

Serons-nous capables de le comprendre, de l’appliquer à temps, nous, pauvres humains qui n’utilisons à peine que 5 % de nos capacités mentales et pas toujours dans le bon sens ?

Oui ! Certainement, si nous acceptons d’élever notre conscience.

Mais alors, que faut-il faire pour élever notre conscience ?

C’est tout simple. Prenons un exemple : Imaginons une montgolfière. Si nous voulons qu’elle s’envole, il faut premièrement la gonfler avec de l’air chaud et ensuite alléger au maximum la nacelle, puis couper les amarres qui la retiennent au sol. D’accord !

Sinon, si nous ne gonflons pas le ballon, ou même si nous le gonflons avec de l’air froid et qui plus est, si nous remplissons la nacelle avec des sacs de sable, il est évident que notre montgolfière ne décollera jamais.

Eh bien ! Pour notre conscience, c’est la même chose. Si nous désirons qu’elle s’élève en direction de l’Esprit, il nous faut obligatoirement avoir recours à l’Amour (l’air chaud) et non à la haine (l’air froid).

Vous pouvez toujours essayer de gonfler un ballon avec de l’air froid, au bout d’un certain temps, si vous insistez, il finira par exploser, mais jamais, au grand jamais, il ne quittera le sol (voir schéma).

De plus, il nous faut également délester la nacelle de tous les sacs de sable qui y sont accumulés (les multiples facettes de notre ego) et qui l’alourdissent et la maintiennent collée au sol (le monde de la matière).

Il en est de même pour notre conscience. Ce n’est qu’à ce moment-là et uniquement à ce moment-là que nous pourrons enfin décoller et nous élever (notre conscience), en direction de la lumière de l’Esprit.

Ceci dit, il ne faut pas pour autant négliger la matière. Bien sûr, la matière n’est qu’une illusion, mais c’est une illusion qui nous est offerte par l’Esprit et dont nous devons nous servir comme d’une échelle pour élever notre conscience.

Car, en voulant ignorer la matière, il y a de fortes chances pour que nous nous privions aussi de nos meilleures chances d’évolution. Il ne faut tout de même pas oublier que la montgolfière est avant tout constituée de matière et que sans cette matière, il n’y aurait pas d’enveloppe permettant à l’air chaud (l’Amour) de remplir son rôle efficacement. Encore une fois, tout est lié, interconnecté.

Peut-être pensez-vous que nous parlons un peu trop d’élévation de conscience ? Mais, si nous en parlons autant, c’est que l’élévation de la conscience est la clé et même la seule clé existante de toute évolution positive et durable et que sans élévation de la conscience, il n’y a que de l’inconscience.

Or, il faut bien le reconnaître, la plus importante, la plus grave de toutes les maladies existant actuellement sur terre est tout simplement : l’inconscience. C’est elle qui est la cause de tous nos maux, qu’ils soient physiques ou psychiques.

Et tout cela par la faute à qui ?

A notre ‘ego’ pardi ! Notre ‘ego’ qui est le plus grand obstacle à l’évolution humaine, à l’élévation de la conscience. C’est lui qui a provoqué notre chute originelle et qui continue à dresser des obstacles entre nous et le vrai bonheur.

Alors, réduisons-le au silence. Et pour cela employons le remède le plus sûr et le plus efficace qui soit : « L’Amour inconditionnel ».

.

IV – La faculté de vivre au présent

Ceci peut paraître évident, mais hélas, dans notre vie quotidienne, il faut bien avouer que nous n’avons guère l’habitude de vivre au présent, surtout en pensées !

Pourquoi ? Tout simplement parce que nous avons tous, plus ou moins, tendance à projeter nos pensées :

– Soit en direction du futur
– Soit, ce qui est plus grave, en direction du passé.

Autrement dit :
– Soit à nous culpabiliser en fonction de nos échecs passés,
– Soit à avoir peur des hypothétiques catastrophes qui pourraient survenir et nous atteindre, dans un futur proche ou lointain.

Alors que nous devrions vivre pleinement au présent. Car si le ‘Passé’ est dépassé et que nous ne pouvons plus rien y faire. Le ‘Futur’, n’est pas encore de consistance et c’est à nous de le façonner en fonction du présent. Seul le Présent existe et compte réellement, puisqu’il détermine le futur.

C’est dans le présent que la vie existe. L’énergie vitale ne se déplace ni dans le passé ni dans le futur, elle ne nous vivifie que dans le présent, l’éternel présent. Le ‘Passé’ quant à lui est passé et dépassé et quoi qu’il fût pour nous, personne n’y peut et n’y pourra jamais plus rien. Quant au ‘Futur’, ce n’est rien d’autre qu’un ‘Présent’ qui ne s’est pas encore manifesté et là, tout, absolument tout est possible.

L’énergie vitale ne passe qu’au ‘présent’.

En fait, ce n’est rien d’autre que l’orientation, la qualité, la puissance de nos pensées qui déterminent l’importance de nos futures réalisations et par conséquent notre propre avenir.

« Ce sont nos pensées, nos paroles et nos actions d’aujourd’hui qui construisent à l’heure actuelle notre futur de demain ». En ce qui concerne le passé, il est dépassé et peut nous servir uniquement de guide pour nous éviter de refaire les mêmes bêtises. Mais nous n’y pouvons plus rien et il est indispensable de nous en libérer à tout prix. Pour cela une seule solution existe : pardonner. Non seulement pardonner aux autres, mais pardonner aussi à nous-même.

Effaçons donc le tableau de notre passé, car il ne nous est plus d’aucune utilité, il ne peut que ralentir notre ascension vers les étages supérieurs de la Conscience.

Quant au futur, il faut bien en convenir, il ne nous offre que des probabilités et c’est là qu’il est important d’ouvrir une parenthèse concernant la voyance et les sciences dites divinatoires, afin d’éviter toute confusion.

Actuellement, de nombreuses personnes sont passionnées par l’astrologie, la numérologie, la voyance, etc… Cependant, à ce sujet, il convient de faire très attention.

Premièrement : Il ne faut pas confondre : voyance, astrologie ou numérologie. La voyance étant une pure projection dans le futur, alors que l’astrologie ou la numérologie sont des sciences ayant plus particulièrement pour objet, l’étude et l’analyse des différents comportements humains (caractère, prédestination, etc, etc…), en fonction :
– Soit, pour l’astrologie, de l’attraction des différentes planètes de notre système solaire (la lune influence bien les marées),
– Soit, en ce qui concerne la numérologie, des chiffres et des lettres qui nous représentent (nom, prénoms, date de naissance, etc…), ou sont présents dans notre environnement (adresse, numéro minéralogique de véhicule, numéro de téléphone, etc…) Souvenez-vous, le hasard n’existe pas !

Deuxièmement : La voyance et les sciences divinatoires, en nous projetant dans le futur, ne nous offrent en fait que des probabilités.

Ceci ne veut bien sûr pas dire que la voyance, l’astrologie ou la numérologie ne servent à rien. Elles sont bien au contraire utiles, à condition bien entendu, de ne pas les prendre pour argent comptant, c’est-à-dire une fatalité inéluctable. Le futur n’est rien d’autre qu’une probabilité, il faut le savoir !

Autrement dit, la voyance ne vaut que dans l’instant présent et à condition que nous poursuivions sur la même voie, sinon tout est remis en question. En tout état de cause, ce ne sont pas ni les voyants qui sont en cause, mais nous qui à l’aide de notre libre arbitre, modifions notre comportement donc notre parcours en permanence.

Donc, je le répète une nouvelle fois : Il est indispensable de savoir interpréter la voyance et surtout de ne pas prendre les prédictions, quelles qu’elles soient, pour une fatalité.

Notre avenir nous appartient et c’est à nous et à nous seuls de le construire. Personne d’autre ne peut ni ne pourra jamais le faire à notre place.

« Nous récoltons toujours en fonction de ce que nous semons. »

C’est pour cela que le présent, l’éternel présent, est si important, car l’Esprit Universel, nous offre en permanence la faculté de forger nous-mêmes notre propre avenir.

.

V – La limitation des désirs

Contrairement à ce que nous pensons, le vrai bonheur n’est pas du tout lié à la réalisation de nos désirs, mais à la limitation de ces désirs. Car chaque désir en attire un autre, puis un autre, puis encore un autre, etc… C’est pour cela qu’il est dit : « L’homme le plus riche du monde est celui qui a le moins de désirs. »

Mais d’où proviennent ces désirs ? Ils naissent dans notre mental directement influencé par nos cinq sens. Lorsque les désirs disparaissent, le mental disparaît également et la paix s’installe.

La limitation des désirs passe donc par le contrôle des sens et vice versa. Si vous ne contrôlez pas vos cinq sens, il est tout à fait illusoire d’espérer limiter vos désirs et si vous ne limitez pas vos désirs, il est tout à fait illusoire d’espérer contrôler vos sens.

Nous devons impérativement maîtriser nos sens en limitant leurs désirs fous et de toutes manières insatiables, si nous voulons accéder au bonheur.

Pour accéder au bonheur, il est donc nécessaire d’instaurer un programme de limitation des désirs concernant les quatre facteurs essentiels dans lesquels nous gaspillons le plus, à savoir : L’argent, la nourriture, le temps et l’énergie.

L’argent :

L’argent en lui-même n’est ni positif ni négatif, il est neutre, ce n’est qu’une monnaie d’échange. Mais, tout dépend de la façon dont on l’utilise. S’il nous aide à devenir l’artisan de notre propre destinée et, finalement, nous apprend comment nous libérer de nos chaînes, il est positif. Par contre, si nous lui permettons de nous dominer, il devient négatif.

La quantité d’argent disponible n’est pas le plus important. L’important c’est l’emploi que vous en faîtes.

  • Achetez-vous des objets dont vous n’avez pas vraiment besoin ou d’un prix trop élevé pour votre budget tels que des vêtements de grande marque, des bijoux, une voiture de luxe, des accessoires et des gadgets divers, dans le simple but d’impressionner vos amis et de vous valoriser à leurs yeux.
  • Achetez-vous des cadeaux chers pour impressionner et vous attirer les bonnes grâces des autres ou pour essayer d’acheter leur amour ? Ne pourriez-vous pas plutôt leur rendre service, ce qui exprimerait plus d’amour et d’attention que les cadeaux coûteux achetés dans les magasins ?
  • Enfin, à quoi renonceriez-vous le plus difficilement et de quoi avez-vous l’impression que vous ne pourriez pas vous passer dans la vie ?

La Nourriture :

  • Etablissez-vous une liste avant de faire vos courses, afin d’éviter d’acheter des produits inutiles ou en excédent, en vous laissant aller à des achats impulsifs ?
  • Prenez-vous de préférence vos repas à la maison, plutôt qu’à l’extérieur, au restaurant où dans des ‘fast food’ ou vous ne pouvez en aucun cas contrôler ni la qualité des produits ni l’hygiène des cuisiniers ?
  • Gaspillez-vous votre temps à jouer à des jeux vidéos prônant la violence ?

Si tel est le cas, vous êtes en train de ruiner votre santé physique et mentale.

Souvenez-vous que la nourriture comprend également tout ce que nous absorbons par l’intermédiaire de nos sens.

Le temps :

Le temps est la seule ressource dont tous les êtres du monde disposent en quantité égale. Chacun ne dispose que de vingt-quatre heures par jour. Si une partie de ce temps est gaspillé, ce temps est perdu pour toujours et ne pourra plus jamais être récupéré.

Tout comme il nous est nécessaire de savoir comment nous utilisons notre argent et la nourriture, il nous faut également avoir une vision claire de la manière dont nous employons notre temps, afin de déterminer comment nous le gaspillons, souvent inconsciemment.

  • Perdez-vous votre temps à vous inquiétez pour le futur ou à ruminer sur le passé ? Le passé est passé, vous n’y pouvez plus rien. Quant au futur il sera bon ou mauvais en fonction de votre attitude présente. Alors vivez au présent.

L’énergie :

Si chacun de nous dispose d’une quantité égale de temps, par contre, la quantité d’énergie de chaque individu varie considérablement d’une personne à l’autre. Par conséquent, quel que soit notre niveau d’énergie, nous devrions nous assurer que nous l’utilisons à des activités productives et évitons de la gaspiller inutilement.

Les gaspilleurs d’énergie : Le stress et les tensions bloquent le flux naturel de l’énergie. Nous gaspillons également énormément d’énergie en bavardant inutilement de façon irréfléchie. C’est ainsi que nous gaspillons une grande quantité d’énergie ainsi que du temps précieux. Qui a dit que si la parole est d’argent, le silence est d’or ? Bavarder inutilement sans raison peut être comparé à de l’eau versée dans une passoire, ce qui a pour effet de disperser l’eau dans toutes les directions au lieu de la canaliser vers un but spécifique. Par conséquent, réduisez vos bavardages inutiles et surtout vos mauvaises habitudes telles que les commérages, la médisance et les critiques, qui de toutes façons vous reviendront un jour ou l’autre en pleine figure, tels des boomerangs et conservez votre énergie pour des activités plus positives et constructives.

Parmi les différentes manières de se faire voler notre précieuse énergie, se laisser aller aux émotions négatives est peut-être la pire.

L’irritation, la frustration et la jalousie sont des formes légères de colère, provoquées par le désir de contrôler une situation particulière.

Utilisons notre énergie de façon positive au lieu de nous entêter à la gaspiller bêtement !

.

Source : pour un monde meilleur.

.

.

Responsable de vos récoltes

.

Êtes-vous responsable de votre vie ?

Assumez-vous pleinement vos responsabilités ? Si oui, à la différence de la plupart des autres, vous êtes un humain heureux. Si vous vous reconnaissez la totale responsabilité dans tout ce qui vous arrive vous êtes, en fait, une personne hors du commun.

Observez bien, la plupart des gens pensent, en effet, qu’ils ne sont pas responsables de ce qui leur arrive.
Pourtant, réfléchissons-y bien. Se déclarer irresponsable de ce qui nous arrive ne peut que constituer en soi une complète dépréciation de nous-mêmes par nous-mêmes.
Humilité et modestie, diront ceux qui se déclarent irresponsables, en cherchant toujours à rejeter la responsabilité – et donc la faute – ailleurs. En réalité, fausse humilité et fausse modestie. Uniquement fuite de responsabilité, et donc lâcheté.

recolter

Chacun est responsable de son destin ! Les récoltes d’aujourd’hui sont faites des semailles d’hier et c’est par nos semailles d’aujourd’hui que nous nous préparons nos récoltes de demain.

Nous avons tout intérêt, si ce n’est déjà fait, à le reconnaître au plus tôt. Là se manifeste une loi de vie fondamentale: « Ce que l’être humain sème, il le récolte ensuite de multiples fois! »
Nous avons un intérêt absolu à bien comprendre toute la portée de ce principe universel.

Exactement comme toute récolte rapporte le multiple de la semence correspondante, chaque être humain, donc vous et moi, retrouvera toujours, sur son chemin de vie, multiplié au centuple, ce qu’il a antérieurement voulu et pensé.

Nous portons donc la responsabilité pour tout ce que nous voulons, pensons, disons et faisons. Parce que je n’ai, en fait, pas d’autre choix, je me déclare entièrement responsable de tout ce que je fais et donc aussi des inéluctables conséquences. Et vous ? Êtes vous aussi responsable de ce que vous voulez, de ce que vous pensez, de ce que vous dîtes et de ce que vous faites ? Oui ? Alors, vous êtes aussi responsable de ce qui vous arrive !

Notre responsabilité se met déjà en place lors de la décision que nous prenons et pas seulement lorsque l’acte est accompli. C’est logique, car, si l’on y réfléchit bien, il est facile de comprendre que l’acte, n’est, en fait, qu’une conséquence de la décision initiale. C’est d’ailleurs ce qu’énonce clairement le proverbe: « L’intention vaut l’acte ».

on recolte ce que l'on seme

Si, dans la matière, il existe une distance entre la décision et l’acte, c’est uniquement parce que « l’esprit est prompt mais la chair est faible ». Autrement dit, il faut du temps et de l’énergie pour mettre concrètement en œuvre ce qui a antérieurement été décidé. Mais c’est déjà dans la décision que s’active la responsabilité.

Et qu’est-ce que c’est qu’une décision ? Une décision, c’est la manifestation d’un sérieux et fort vouloir, capable ensuite de mettre en œuvre une action concrète.

Alors, si vous vous montrez enfin pleinement responsable de votre propre vie, vous cessez d’incriminer les autres et le destin quant à ce qui vous arrive, vous prenez intégralement les commandes de la conduite de votre propre vie et vous devenez enfin vous-même l’artisan de votre propre destin !

C’est donc uniquement à vous de mettre en œuvre de bonnes décisions, de sorte à n’en obtenir que de bonnes récoltes !

.

Source : conseil de vie.

.

Ose

.

Un clip vidéo d’une grande force sur l’énergie qui nous pousse à accomplir le meilleur…

.

.

.

Aimer dans la tolérance

.

S’aimer tel que l’on est, reconnaître ses qualités et ses défauts,

aimer l’autre tel qu’il est, sans le juger.

 

Voici la transcription de l’interview de Juan-David Nasio

Quels sont les principes éthiques qui vous guident dans la vie ?

Je dirais qu’un des principes éthiques qui me guident, c’est de sentir que je suis aussi bon que mauvais, que je fais la part des choses, j’ai des défauts et des qualités. Je me traite moi-même, j’essaye de me traiter moi-même en reconnaissant en moi des qualités, en reconnaissant en moi des défauts, en essayant de m’accepter tel que je suis, et si possible, en reconnaissant mes défauts, et en les aimant. Alors là, c’est un degré supérieur de sagesse, mais quelquefois il faut y arriver à ça ; c’est mon idéal, d’arriver à aimer mes défauts puisque c’est ma nature. Et parfois je dis, quand des gens me disent : « Mais pourquoi vous ne faites pas un livre sur ceci ou sur cela ? » Je dis : « Parce que je ne mesure pas deux mètres. Je mesure 1,71 mètre et je suis là et c’est ma nature, c’est ma taille ; je ne peux pas faire des choses qui ne correspondent pas à ma nature. » Chacun a sa nature.

Plutôt que d’aimer nos défauts, pourrions-nous les transformer en qualités ?

C’est pour ça que je disais que c’est difficile de : un, reconnaître nos défauts, et nos qualités aussi pour ne pas être injuste envers nous-mêmes. Deux, commencer à aimer nos défauts, ça c’est déjà un peu difficile. Trois, transformer nos défauts en qualité, alors là c’est du top niveau. Je dirais c’est du grand sage, peut-être un sage bouddhiste ou un sage du zen, peut-être il le pourrait, mais pour nous qui ne sommes que des humains confrontés à la vie de tous les jours, ce n’est pas toujours facile.

Quel est votre conseil de comportement éthique ?

La tolérance, la tolérance d’encaisser, la capacité d’encaisser, d’accepter et d’intégrer. C’est très difficile mais c’est la qualité la meilleure. Mais pour cette tolérance il faut beaucoup de courage. Pour moi c’est aussi un principe éthique, dans mon éthique je dirais d’homme, personnelle. Mon éthique personnelle – et j’essaye de la transmettre à tous ceux avec lesquels je travaille, que ce soit des élèves, que ce soit des patients ou des enfants, et ce n’est pas simple – c’est de leur dire d’apprendre à encaisser les coups et ne pas sentir de la haine. C’est difficile. Ça j’essaye : à certains moments il y a certaines choses qui ne sont pas comme j’aurais voulu qu’elles soient, et j’encaisse. Le mot encaisser, c’est un mot bon, parce que c’est l’impact, on est secoué et on l’intègre. Et pas tout le monde peut intégrer, parce que souvent on a un goût amer, on a envie de se venger.

Et la vengeance n’est pas une bonne chose dans la vie humaine, mais ça on le sait depuis le code d’Hammourabi. Hammourabi qui était effectivement un homme sumérien, 2500 avant Jésus-Christ. Le code d’Hammourabi il faut aller le voir au Musée du Louvre, c’est formidable ! Eh bien le code d’Hammourabi parlait de la vengeance, c’était le minimum du code. Mais nous sommes à ce niveau là qui est un niveau assez primitif.

En général, le cas d’humanité de l’être humain, c’est de ne pas juger l’autre en bon ou en mauvais et de ne pas attendre qu’il soit ce que je veux, mais de le reconnaître ce qu’il est, tel qu’il est. J’applique ça tout le temps avec mes patients. Alors dans l’humanité, le geste le plus humain qui soit, ça serait celui-là : ne pas juger, ni en bon, ni en mauvais et reconnaître, et accepter l’autre tel qu’il est.

La source : Fondation Ostad Elahi (vidéo de l’interview en ligne).

.

Juan-David Nasio

Juan-David Nasio

Originaire d’Argentine, Juan-David Nasio s’établit en France après avoir complété ses études de médecine et sa spécialisation en psychiatrie. Il travaille avec Jacques Lacan …

Il devient professeur et enseigne à l’université de Paris VII pendant trente ans. Il participe au séminaire que Lacan donne à l’École freudienne de Paris et ouvre le sien en 1978, traduit les écrits de Lacan en espagnol. En 1986, il fonde les Séminaires psychanalytiques de Paris.

En 1999, il est promu chevalier de la Légion d’honneur, officier de l’ordre national du Mérite et devient aussi citoyen d’honneur de Rosario.

.

.

 

Je crois en un monde meilleur, alors j’essaie !

.

 » Trouvez un moyen de changer le monde »

C’est à la suite d’une proposition de devoir scolaire qu’un enfant lance l’idée de créer une chaine de solidarité qui aura plus de répercussions qu’il ne le pensait…

Voici un extrait du film « Un monde meilleur ».

.

 

.

Date de sortie : 28 février 2001, (2h 3min)
Réalisé par : Mimi Leder
Avec : Kevin Spacey, Helen Hunt, Haley Joel Osment plus
Genre : Comédie dramatique , Romance
Nationalité : Américain

un monde meilleur

 

 

 

 

 

 

.

.

 

.

.

Les étapes d’aujourd’hui

.

Etes-vous passé par ces moments de doute ? d’inaction ? de procrastination ? de pensée négative ?

En transformant votre état d’esprit en pensées positives, il est plus facile d’atteindre ses objectifs, par étapes. En y allant à votre rythme, en respectant votre état, vous avancez pas à pas, et vous pouvez réussir ce que aviez décidé !

.

Quelle étape avez-vous atteint aujourd’hui ?

etapes

.

.

Fais toi confiance

Si tu doutes de quelqu’un ou de quelque chose, tu as déjà un début de réponse…

mais ne doute pas de toi ☼

 

Ne pas juger

Si tu ne comprends pas une situation ou un comportement, ne juges pas tout de suite…

C’est comme l’iceberg, d’abord on voit le visible, mais il y a toujours une explication qu’on ne voit pas forcément… donc ne juges pas…

Acceptes que tu ne maîtrises pas tout et qu’une partie doit t’échapper…

Acceptes de ne pas tout contrôler…

Dis toi que les autres aussi ne voient que ta partie visible.

☆ Bonne journée ☼

La magie du repos

☆ Bon week-end à tous ☆ profitez de la pluie pour prendre soin de vous et vous reposer ☼

 

L’amitié

.L’amitié est souvent une formidable aventure, source d’énergie et de bien-être ☆

SAVOIR BIEN S’ENTOURER est l’une des clés du bonheur.

.


Tout a un sens

.

TOUT A UN SENS mes amis.

Si vous ne comprenez pas une situation maintenant, vous comprendrez plus tard.
.
Si vous souffrez à cet instant présent, vous comprendrez plus tard.
.
Si vous n’avez pas ce que vous voulez en ce moment, vous comprendrezplus tard.

.
J’EN SUIS SURE !
J’en ai encore eu la preuve pas plus tard qu’hier… et je vous assure que c’est magique !!!
.
.
☆ Faîtes confiance à la vie ☆
.
.

Je partage pour le sujet cette superbe animation vidéo, j’espère que vous apprécierez aussi ♥

.

.

Vis ta vie en couleurs

Tout peut réussir

La confiance est lumineuse

La confiance est l’opposé de la peur.

Une révolution culturelle devrait être fondée sur la confiance en l’avenir. Cette confiance qui engendre le désir et le plaisir d’entreprendre pour que demain le monde soit plus beau, plus humain qu’il ne l’est aujourd’hui, une révolution culturelle qui choisira la coopération inspirée par la croyance en l’abondance, plutôt que la concurrence qui repose sur la crainte de la pénurie.

Les peurs sont souvent liées à l’ignorance. En particulier la peur de l’autre à cause de ses différences, sociales ou culturelles, de l’autre dont la peau n’a pas la même couleur que la mienne, de l’autre qui pratique une autre religion que la mienne, de l’autre qui parle une autre langue…

En faisant confiance, nous augmentons la solidarité, la force, l’enthousiasme.

La peur appelle l’ombre, la confiance choisit la lumière.

Optimisme raisonnable

Etre optimiste ne signifie pas feindre que l’on va bien à chaque instant de sa vie.

L’optimisme n’est pas une aptitude congénitale au bonheur qui nous affranchirait des problèmes douloureux et des grands chagrins de la vie.

Etre optimiste, c’est prendre conscience que ce n’est pas le chemin qui est difficile, mais le difficile qui est le chemin, et qu’alors il est plus agréable de regarder le verre plein que le verre vide.

L’optimisme de raison est un état de conscience incarné dans la réalité. Parce qu’une société qui tomberait dans une spiritualité béate ne vaudrait guère mieux qu’une société matérialiste affranchie de tous repères spirituels.

Autant l’optimisme béat, c’est-à-dire inactif, est une sottise, autant l’optimisme raisonnable, compagnon de l’effort, pour sortir des difficultés, des souffrances, des lésions fonctionnelles et organiques, est légitime et porteur.

Alors souriez à l’optimisme actif :)

La musique vous grandit

« La musique apporte de l’ordre là où il y a le chaos »  Yehudi Menuhin

Il y a eu de nombreuses recherches faites sur les effets de la musique, surtout dans les quarante dernières années.

Aux États Unis, à la fin des années cinquante, Arthur Locker a découvert que la musique d’ambiance dans ses serres avait pour résultat des plantes plus droites, qui germaient plus vite et fleurissaient plus abondamment.

Dorothy Retallak a conduit des centaines d’expériences contrôlées scientifiquement avec des plantes, en utilisant différentes sortes de musique, et dont les résultats ont été publiés dans un fascicule. Elle prépara trois salles, scientifiquement contrôlées, avec des hauts parleurs dans deux des salles où de la musique fut jouée tous les jours pendant une certaine période.

Dans la première chambre on joua de la musique classique Occidentale et Orientale, la deuxième chambre resta silencieuse, alors que dans la troisième chambre on joua de la musique de hard rock.

Au bout de quelques jours, on remarqua que dans la première chambre, de nombreuses plantes commençaient à pousser vers les hauts parleurs. Au bout d’environ une semaine, les plantes de la chambre de musique classique étaient plus robustes, plus grandes et avaient plus de fleurs que celles de la chambre silencieuse.

Dans la troisième chambre, il se passait l’inverse. Dans la chambre de musique de rock, les plantes étaient rabougries ou bien elles avaient des tiges grêles poussant n’importe comment et dans toutes les directions. Certaines s’étaient flétries et étaient mortes. Dorothy Retallak nomma cette chambre le ‘chaos’.

La musique a aussi un effet sur les animaux et des expériences ont aussi été faites démontrant que les animaux étaient attirés par certains styles de musique.

La musique, le chant et la parole, sont des moyens d’exprimer des émotions, ce sont des sons vibratoires. Ces vibrations se répercutent sur le corps. Elles aident à engendrer un équilibre, une aisance et un bien-être.

Alors pour augmenter votre mieux-être, pour augmenter votre bonne énergie, sélectionnez bien la musique que vous écoutez, les paroles que vous entendez (votre entourage) et celles que vous transmettez (les mots que vous choisissez pour vous exprimer).

Au delà d’une musique douce aux oreilles, c’est tout votre corps qui en sentira les effets positifs.

L’énergie de l’amour

Quand nous sommes en compagnie d’une personne bien équilibrée et bienveillante, nous nous sentons en paix, heureux, et nous avons des pensées qui nous inspirent. Par contre, en compagnie de personnes agitées, avides, en colère, ou remplies d’autres émotions négatives, nous sommes agités aussi et commençont à avoir des pensées négatives. Ainsi il semble que nous nous influençons constamment les uns les autres par nos pensées et nos émotions.

Si nous apprenons à ne recevoir que des pensées et des sentiments qui nous élèvent l’esprit, nous pouvons élever notre niveau de conscience. Cela peut se faire grâce à l’énergie de l’amour : le regard positif inconditionnel qu’on a envers les autres quand on est motivé par l’altruisme.

Une telle attitude attire l’énergie supérieure du mental, ce qui aide la conscience à s’élever. Cela nous aide à trouver la paix et à rendre nos actions justes, ce qui a comme résultat la vérité et la sagesse. Envers nous-mêmes et envers les autres.

D’abord il faut voir le bien partout, entendre ce qui est positif, parler avec bonté et rendre service pour le bien de tous. Agir pour le bien de tous et donner sans rien attendre en retour.

Deuxièmement, nous devons comprendre que quoi que nous fassions aux autres, nous le faisons aussi à nous-mêmes, car la même force vitale imprègne toutes choses. C’est donc notre devoir d’aider et de protéger toutes choses.

Troisièmement, nous devons travailler pour la paix. La paix est l’inverse de la colère, de la haine, de l’envie, de la jalousie et de l’attachement. Toutes ces émotions ne causeront que désaccord, division et violence.

Et enfin, le plus important, c’est de développer l’amour, parce que l’amour imprègne toutes les valeurs humaines. L’amour pur crée la paix intérieure et extérieure.

L’amour a pour effet l’épanouissement de la personnalité toute entière.

La beauté est vibratoire

La beauté n’est pas esthétique. Et non ! La beauté est aussi et surtout vibratoire.

Elle est complètement subjective, tout ce que vous trouvez beau vous renvoie de la bonne énergie et vous dynamise !

Alors cette semaine, un petit défi pour vous ;)

 

 

Lâcher prise

Très belle vidéo ! et si juste ! Bon week-end à tous :)

Prenez le temps…

Très belle vidéo de développement personnel, pleine de sens !

.

 

 

Risquer c’est tout gagner

Avant de réussir, il faut risquer… A risquer, vous n’avez rien à perdre, mais TOUT A GAGNER !

Osez !

Qu’est ce que vous n’osez pas faire par peur de ne pas y arriver ?

Qu’est ce que vous risquez à OSER ?

Après la réflexion, ACTION ! :)

 

L’important c’est d’aimer

 

J’ai entendu cette phrase dans le film « L’important c’est d’aimer » et je vous la communique,

car je la trouve tout à fait juste !

« Les gens sont déprimés parce qu’ils n’ont pas de destin.

Ils n’ont pas de destin parce qu’ils n’ont pas d’illusions »

 

Moralité ?

pour avoir le moral Rêvez !!! :)

La qualité de vie

Et vous ?

Quel est votre objectif pour améliorer votre qualité de vie ?

Projettez-vous d’améliorer la qualité de vie de l’un de vos proches ?

 

Aller vers le bonheur

L’empathie n’est pas une maladie

.

Conditionnés par nos sociétés hypercompétitives qui ne valorisent pas l’altruisme, le règne de l’ individualisme cache aussi la peur de se mettre en danger en allant vers l’autre : développez votre chaleur humaine, l’empathie ce n’est pas une maladie !

.

Pour lire l’article à la bonne taille cliquez dessus

Une vie simple

Workshops

Médiathèque

Follow & Like us

RSS
Facebook
Instagram