☆ Pour se rapprocher de l’essentiel ☆

N’avoir plus rien à perdre, c’est ne plus avoir peur et c’est être libre, forcément. Mais comment faire ?

 .

En ne prenant rien trop au sérieux pour ne pas s’enfoncer dans les lourdeurs de l’âme humaine, rire de tout (ou presque) surtout de soi-même, s’échapper de tout d’une pirouette ou d’un trait d’esprit, trouver la voie du juste, de l’abandon, du lâcher-prise.

 .

NE JAMAIS RENONCER ; dépasser ses propres limites, celles auxquelles on s’enchaîne pour ne pas perdre pied, et s’améliorer, avec une grande indulgence. Ne pas se complaire dans la douleur et/ou dans l’échec. Balayer l’entourage malveillant dans un grand rire. ET CONTINUER.

 .

 

Savourer chaque instant : les bons, les tendres, les joyeux, mais aussi les difficiles, les tristes, les décevants… Même ceux qui paraissent insurmontables puis partir en quête du suivant !

 .

On veut tous tuer notre propre peur ; la peur immonde qui empêche de vivre, qui nous laisse faibles et haletants. Peur de faire, parce que peur de se planter. Peur de plaire, parce que peur du rejet. Peur d’exister, parce que peur du néant. Peur de vivre, parce que peur de mourir.

 .

Mais ne pas avoir peur d’essayer. Et alors il ne reste plus que cet état de grâce où s’ouvrent tous les possibles parce qu’il n’y a plus de freins, cette légèreté à se sentir comme une plume au soleil.