☆ Pour se rapprocher de l’essentiel ☆

Dans Philosophie Magazine de juillet 2011, Peter Handke parle de son Essai sur le Juke-Box…

Le sujet paraît peut-être anodin et sans doute insolite… mais il en dit long !

.

Extrait

Aujourd’hui, les juke-box ont presque disparu des bars. Certains nostalgiques en ont donc acheté et ont décidé de les mettre chez eux. Mais là, ils ont dû s’apercevoir que ça ne marchait pas du tout !

La chose essentielle pour un juke-box, c’est d’être placé dans un endroit public. Il permet d’écouter des chansons avec les autres, le plus souvent avec des inconnus – un peu comme les esclaves noirs dans les champs de coton qui chantaient côte à côte. Le juke-box crée un lien immatériel entre les êtres.

L’autre jour, j’étais en Haute-Normandie, à Gisors, dans un bar assez pauvre, et il y avait encore un juke-box. J’ai demandé qu’on le branche. Au comptoir, deux hommes assez abîmés buvaient. J’ai mis Dire Straits, Sultans of Swing, et ils ont changé de visage, ils se sont réveillés. On était en plein après-midi, à l’heure où d’habitude il ne se passe rien. Là, il y a eu un partage, le juke-box s’est mis à raconter quelque chose, il a créé un récit pour nous.

 

 

Pour lire l’article en entier : Philomag