☆ Pour se rapprocher de l’essentiel ☆

Pendant plus de dix ans, Carlos Castaneda va vivre et comprendre de l’intérieur le monde des sorciers yaqui et du chamanisme toltèque. Il va noter ses apprentissages sous forme d’un journal et va publier une douzaine d’ouvrages dans le monde entier. Il va partager d’autres façons de percevoir, expliquer ou expérimenter la « réalité ».

Malgré tout, ses récits restent peu accessibles et peu compréhensibles pour les occidentaux.

Don Miguel Ruiz, de part ses origines, a un pied dans chaque monde : son grand-père est un nagual toltèque et sa mère est une guérisseuse. Il est donc à même de comprendre l’essence des accords toltèques. Il simplifie le chamanisme toltèque et propose « Les quatre accords toltèques » en 1997, qui connaît un succès mondial. Pourquoi ?

Parce qu’il simplifie les enseignements chamaniques toltèques, dans le sens où il les rend compréhensibles et applicables par tous, dans notre vie de tous les jours. Il parvient à en conserver leur profondeur, leur qualité de sagesse ancestrale et leur portée universelle.

Maud Séjournant, directrice d’édition chez Jouvence, psychothérapeute et formée au chamanisme toltèque fait publier en France les livres de Don Miguel Ruiz, qui connaissent le même succès. Contrairement aux écrits de Carlos Castaneda, Don Miguel Ruiz touche le grand public et ses livres sont déclinés dans les formations, les séminaires d’entreprises, etc.

.

Les quatre accords toltèques

Afin de retrouver notre intégrité, notre estime personnelle, notre paix et notre responsabilité dans tous les actes de notre vie, Don Miguel Ruiz propose quatre accords :

  • 1. Que votre parole soit impeccable
  • 2. N’en faîtes jamais une affaire personnelle
  • 3. Ne faîtes aucune supposition
  • 4. Faîtes toujours de votre mieux
  • 5. Don Miguel Ruiz rajoutera par la suite un cinquième accord : Être sceptique mais apprendre à écouter.

 

1. Que votre parole soit impeccable

Parlez avec intégrité, ne dîtes que ce que vous pensez.
N’utilisez pas la prole contre vous-même, ni pour médire sur autrui.

Il s’agit de parler avec intégrité, sincérité et authenticité. Le but de cet accord est de nous obliger à être au plus près de notre sincérité et de notre intégrité et d’avoir le courage et la franchise de le dire. Et de ne dire que cela.

Nous pourrions aussi dire qu’il s’agit d’un usage différent du langage que celui que nous faisons habituellement.

.

2. N’en faîtes jamais une affaire personnelle

Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité, de leurs rêves.
Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles.

Nous avons tous notre propre système de perception et d’analyse du monde, nous avons tous nos propres traumatismes, nos propres blessures, nos propres peurs et nos propres croyances. Alors pourquoi prenons-nous personnellement ce que les autres nous disent puisqu’ils parlent en fonction de leur propre histoire, et pourquoi réagissons-nous émotionnellement en permanence ? Peut-être parce que nous voulons être aimés, appréciés, compris, peut-être parce que nous voulons contrôler l’extérieur, les autres et le monde en général…

.

3. Ne faîtes aucune supposition

Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs.
Communiquer clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.
A lui seul cet accord peut transformer votre vie.

Ce troisième accord s’adresse plus directement à votre fonctionnement mental, à cette habitude infantile de demander « pourquoi » et de s’inventer des réponses.

À l’âge adulte nous croyons que ce que nous pensons est vrai. Pourquoi ? Parce que nous sommes gagnés par la maladie de « l’importance personnelle ». Or, au lieu de s’inventer un scénario, il serait plus sage de demander des explications lorsqu’une situation porte à confusion ou n’est pas très claire.

.

4. Faîtes toujours de votre mieux

Votre « mieux » change d’instant en instant. Quelles ques soient les circonstances, faîtes simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger, de vous culpabiliser et d’avoir des regrets.

En psychologie positive, les chercheurs étudient la notion de perfection, comme une notion qui entraîne de nombreuses émotions négatives. Nous voulons être parfaits, nous voulons que les autres soient parfaits, etc. Nous construisons des illusions mentales de perfection.

Comment être satisfaits, heureux et épanouis tout en sachant que la perfection est par définition, inatteignable car inhumaine ? Reprendre pieds dans le présent et se donner totalement dans chaque instant. Donner toute son énergie, ses compétences, ses qualités et son temps pour la tâche que nous avons décidé d’accomplir. Un fois accomplie, cette tâche peut nous apporter un sentiment d’accomplissement, même si tout n’est pas parfait. Nous sommes allés au bout de nous-mêmes, aujourd’hui.

.

5. Être sceptique mais apprendre à écouter

Ce dernier accord insiste sur l’illusion de notre dialogue intérieur. Nous croyons que ce que nous pensons est vrai, nous croyons que ce que nous voyons est vrai, nous croyons que ce que nous sentons est vrai etc. Nous avons un dialogue intérieur permanent et nous donnons crédit à tous les bavardages.

Être capable d’écouter signifie d’être capable de se taire et de laisser autant de place à la vérité de l’autre qu’à la sienne. Vaste programme !

.

« Les quatre accords toltèques » nous invitent à un voyage intérieur qui permet de relier une sagesse ancienne à des pratiques modernes d’épanouissement personnel.

Restons sceptiques et écoutons.

.