☆ Pour se rapprocher de l’essentiel ☆

« On peut faire tellement plus de choses que mettre en ligne des photos de soi-même en train de faire la grimace ».

.

Un génie de 16 ans met au point un test de dépistage du cancer du pancréas !

Il voulait installer un laboratoire dans la cuisine familiale, sa mère ne voyait pas les choses de cette façon. Mais pas question pour Jack Andraka de lâcher prise. Cet ado de 16 ans avait une obsession : combattre le cancer du pancréas.

L’histoire de ce jeune américain a fait le tour du monde. Elle commence il y a trois ans, raconte le magazine le Point, lorsque son oncle décède d’un cancer du pancréas. Amateur de musique et des Simpson, Jack se passionne aussi pour biologie. Il ne connaît rien de cet organe mais, au fil de ses recherches usr internet, l’ado fait une découverte qui va révolutionner le dépistage de ce cancer. Le test utilisé par les médecins a une soixantaine d’années et son prix élevé pousse les oncologues à le négliger. Du coup, ile cancer est souvent dépisté quand il est trop tard. Le lycéen, indique l’hebdomadaire, constate que 8000 protéines spécifiques codent le cancer du pancréas mais une seule permet de poser le diagnostic, la mesothéline.

Le jeune américain doit poursuivre ses investigations dans un vrai laboratoire. Sur les 200 courriers envoyés, seul le Dr Anirban Maitra accepte de l’accueillir. C’est dans ce laboratoire de Baltimore que Jack mettra au point un test de dépistage du cancer du pancréas. Il s’agit d’une simple bandelette comparable à celle utilisée par les diabétiques pour mesurer le taux de glycémie. 26000 fois moins cher et 168 fois plus rapide, ce test est 400 fois plus sensible que le précédent. Le cahier des charges est rempli : un système simple, rapide et non invasif.

Pour Jack, la mise au point de ce test n’a pas été plus difficile à concevoir que de « suivre une recette de biscuit au chocolat ». « Grâce à Internet, tout est possible a-t-il expliqué récemment lors d’une conférence. On peut faire tellement plus de choses que mettre en ligne des photos de soi-même en train de faire la grimace ».
Le Dr Anirban Maitra, lui compare, sa jeune recrue à Thomas Edison. Et l’Amérique, avide de success stories, se repasse en boucle l’histoire de Jack Andraka. Qui, sans doute, se prolongera sur les pellucules des studios d’Hollywood.

.

Source : Le Nouvel Observateur

.